fbpx

Complexe de subluxation vertébrale

Dysfonction intervertébrale mineure Présentation

Présentation

  • Les personnes de tout âge peuvent souffrir de complexe de subluxation vertébrale (CSV). Du petit bébé qui souffre de traumatisme à l’accouchement aux personnes du troisième âge.
  • Une des sources de douleur au dos les plus fréquentes.
  • Sentiment de blocage, de point dans le dos, de tension.
  • Sentiment d’être « coincé », « démanché », d’avoir une vertèbre de déplacée.
  • En réalité, rien ne se déplace, tout est une question de mobilité.
  • Un complexe de subluxation vertébrale (CSV) est en fait un manque de mobilité entre deux ou plusieurs vertèbres. Chaque vertèbre a un mouvement à faire et certains facteurs peuvent l’amener à ne plus remplir ses fonctions de façon optimale.
  • Un des symptômes les plus importants du CSV est la douleur et la raideur.

Causes

  • Stress physique
  • Mauvaise posture
  • Manque d’exercice
  • Tension musculaire
  • Traumatisme ou microtraumatismes répétés

Traitements

  • La glace, le repos et les thérapies complémentaires incluant la neurocryothérapie et le kinésio taping, sont toujours de mise pour diminuer la douleur intense.
  • Les manipulations vertébrales permettent de redonner de la mobilité à l’articulation.
  • Travail des tissus mous (Active Release Techniques et Graston)
  • Étirement de la musculature impliquée.
  • Renforcement de la musculature impliquée avec ou sans échographie
  • Les anti-inflammatoires, les relaxants musculaires et les analgésiques peuvent apporter un certain soulagement mais ne règlent pas le problème de base au niveau de l’articulation. À long terme cette procédure s’avère totalement inefficace et potentiellement néfaste.
  • Correction posturale et perte de poids

Pronostic

À l’aide de manipulations et de conditions favorables, on peut voir une amélioration notable en 14 jours et une rémission en 4 à 5 semaines. Par contre, si on attend plusieurs semaines avant le début du traitement, celui-ci peut être plus long et le patient peut conserver des séquelles (légère douleur persistante, récidive, faiblesse du dos, etc.).

Étant donné que les CSV affectent les vertèbres et ainsi une partie importante du système nerveux, le traitement de celles-ci peut entraîner, en plus du soulagement de la douleur et de la raideur, des implications aux niveaux des muscles et des organes qui sont innervés par les nerfs du niveau affecté par le CSV.