fbpx

Syndrome du tunnel carpien

La description

Le canal carpien est un petit tunnel étroit situé au niveau du poignet. Certains os du carpe et le ligament carpien transverse délimitent le tunnel. Le nerf médian voyage de l’avant bras jusqu’à la main en passant dans ce tunnel. Ce nerf contrôle la sensation de la face palmaire des 3 premiers doigts et les muscles de la base du pouce. Les tendons des fléchisseurs des doigts passent aussi dans ce tunnel. Lorsque les tissus autour des tendons des fléchisseurs deviennent irrités et enflés, cela peut engendrer une pression au niveau du nerf médian, provoquant le syndrome du tunnel carpien. Le nerf médian peut aussi être irrité ou comprimé par certains muscles lors de son passage dans le bras, particulièrement au niveau du muscle rond pronateur.

carpal_tunnel_syndrome

Présentation

  • Engourdissement, picottement et douleur au niveau de la main (territoire du nerf médian).
  • Sensation de choc électrique au niveau des 3 premiers doigts (à partir du pouce).
  • Sensation étrange pouvant irradier jusque dans le bras et l’épaule.
  • Les symptomes sont très fréquents la nuit.

Causes

  • Le canal carpien peut être anatomiquement plus petit de façon héréditaire.
  • Sur-utilisation de la main et de l’avant bras causant des adhérences au niveau des tissus mous (muscles, ligaments) comprimant le nerf médian.
  • Changements hormonaux (ex :grossesse)
  • Certaines conditions médicales, comme le diabète, l’arthrite rheumatoide et certains troubles de la thyroide.

Traitements

  • Suite au diagnostic, modifications des activités associées à la condition.
  • Traitement d’Active Release Techniques (ART) ou Graston pour briser les adhérences au niveau des structures pouvant comprimer le nerf médian.
  • Traitement de neurocryothérapie pour diminuer inflammation et l’œdème au niveau du tunnel carpien.
  • Exercices d’étirement et de réhabilitation.
  • Utilisation d’une orthèse de nuit pour garder le poignet en position neutre.
  • Utilisation au besoin d’AINS (anti-inflammatoire) et injection de cortisone.
  • Chirurgie de décompression peut être nécessaire dans certains cas réfractaire au traitement conservateur.

Pronostic

  • Dans plusieurs cas, l’approche conservatrice va permettre d’obtenir une guérison de la condition en quelques semaines ou mois.
  • Dans les cas sévères, même suite à la chirurgie, les symptômes peuvent réapparaitre et une deuxième chirurgie peut être nécessaire.
Source: Association des chiropraticiens du Québec