Coude de tennis

Coude de tennis

Qu’est-ce l’épicondylite latérale (coude de tennis) ?

  • L’épicondylite latérale est la blessure la plus fréquente du coude. Elle touche beaucoup de participants aux sports de raquette, qu’ils soient amateurs ou professionnels.
  • Cette blessure apparaît également lors de mouvements répétitifs impliquant le poignet, que ce soit au travail ou lors d’activités quotidiennes.
  • Suite à un surmenage, il se produit de l’inflammation à l’endroit où les muscles et les tendons s’attachent au coude. Les muscles et les tendons impliqués sont ceux qui permettent l’extension du poignet et des doigts.
  • Sans traitement approprié, cette condition peut se développer en problème chronique et récurrent. La présence d’une dégénérescence ou d’une déchirure partielle du tendon est possible.

Quelles sont les causes de l’épicondylite latérale (coude de tennis) ?

  • Stress répétitifs et blessures chroniques impliquant la musculature et les tendons de l’avant-bras
  • Faiblesse et déséquilibre de la musculature
  • Abus d’exercice (syndrome « trop d’efforts, trop tôt »)
  • Équipements non adaptés
  • Mauvaise technique

Quels sont les traitements de l’épicondylite latérale (coude de tennis) ?

  • Modification des activités qui sont associées à la condition
  • Diminution de l’inflammation à l’aide de la glace (20 minutes / 2 heures) et de thérapies complémentaires incluant la neurocryothérapie
  • Manipulations articulaires et travail des tissus mous (Active Release Techniques et Graston) afin de corriger la biomécanique du coude et réduire le tissu cicatriciel
  • Exercices d’étirement
  • Exercices pour fortifier et stabiliser le coude
  • Médicaments (anti-inflammatoires) au besoin
  • Appareil orthopédique et kinésio taping afin de réduire la pression sur le tendon endommagé.
  • Injections de cortisone au besoin
  • Interventions chirurgicales très rares
  • Plasma riche en plaquettes

Pronostic

  • Condition aiguë, pour laquelle les symptômes sont présents depuis moins de 4 semaines, se traite en 2 à 6 semaines.
  • Condition chronique, pour laquelle les symptômes sont présents depuis plus de 8 semaines, peut nécessiter 3 à 6 mois.